Archives mensuelles : novembre 2011

Découverte du Jabécédaire

E comme Epstie ©Jade Flamand

Malgré son jeune âge (24 ans) et sa frimousse d’ange, Jade Flamand n’a pas que des choses faciles à faire sortir d’elle même. A l’occasion d’un travail de fin d’études, elle a réalisé un abécédaire ou « Jabécédaire » où elle a déversé son inconscient sur papier.  Un résultat d’une étonnante noirceur et d’une très grande beauté.

Exposée dans une galerie du 7ème arrondissement, ses lettres sont punaisées aux murs et chaque visiteur est invité à choisir une loupe plus ou moins grande pour admirer le détail de ces dessins minutieux faits au stylo bic.

Dans le cadre formé par le contour de chaque lettre s’entremêlent corps décharnés, monstres tristes, siamoises nues, musicos avinés ou femmes éjectées par un tuyau infernal tout droit sorti d’une immense machine imaginaire. Un univers résolument sombre qu’il est courageux de mettre sur papier et encore plus d’exposer.

Ce qui me touche particulièrement, outre le résultat des plus impressionnants et la précision du trait c’est que toute la folie représentée est contenue par les lettres, comme si l’écriture était une façon de continuer à avancer. D’ailleurs, les dernières lettres, X Y et Z semblent plus calmes. Un envol d’oiseaux sauvages vient presque apaiser cet alphabet torturé.

 

X ©Jade Flamand

 Galerie vingt neuf : 29, rue Vaneau 75007

http://jadeflamingo.ultra-book.com/book

1 commentaire

Classé dans Les expos d'Epstie, les kiffs d'Epstie

Mourir auprès de toi

Spike Jonze and Simon Cahn ont réalisé un mini film donnant vie aux sacs cousus main d’Olympia Le Tan. Il présente les minaudières « You can’t judge a book by it’s cover ». Cette collection, désormais un classique de la créatrice, est composée de faux livres en feutrines dans lesquels je rêve de ranger un jour un vrai livre de poche ou bien, pour une plus grande utilité de l’objet, mes clefs, quelques kopecks et mon téléphone.

Je n’ai pas l’habitude de présenter ce genre de travaux mais cette petite vidéo contient vraiment tout ce que j’aime :

  1. des livres : ce ne sont que des sacs vous me direz, mais :

– L’histoire débute dans la librairie parisienne Shakespeare & Co où il y a donc bien des livres en papier.

– Je fais partie des gens qui accordent une grande importance aux couvertures des livres. Ici, elles sont de toute beauté.

– L’univers des livres se réveille, comme par magie. Les personnages de romans sortent la nuit vivre leur propre vie. Un Toy Story mélant couture et littérature, c’est forcément charmant.

    2.    de l’amour : celui d’un squelette (Macbeth de Shakespeare) et d’une jeune femme aux longs cils (Wilhelmina Harker dite Mina, l’héroïne du Dracula de Bram Stoker).

    3.  du courage : pour vivre leur romance, ils échappent à ce qui avait été écrit pour eux.

    4.    de l’action : il n’est pas facile pour un squelette d’aller retrouver sa bien aimée sans perdre la tête ou tomber sur un os.

    5.    de l’humour : Le « sexy ending » fait sourire.

lien vers le site d’Olympia le Tan:  http://www.olympialetan.com/online_shop.cfm

Poster un commentaire

Classé dans les kiffs d'Epstie