Archives de Tag: New York

5 raisons d’aller voir Page One (le docu sur le NY Times)

Inside The New York Times… une belle accroche. 
  1. Pour assouvir notre curiosité : Tous ceux qui sont déjà passés devant l’immense building blanc de Midtown qui abrite les bureaux New York Times ont du se demander comment c’est de se balader dans les bureaux du quotidien mythique. Les murs ressemblent ils à cette façade aux airs de Mac Book ? L’ambiance est elle vraiment aussi tendue qu’à Wall Street ? Page One répond à quelques questions de ce genre mais beaucoup d’autres restent malheureusement en suspend.
  2. Pour essayer de comprendre ce qu’est le NY Times: « Grosse blague » pour certains ou « grande institution » pour d’autres, rares sont les journaux qui font couler autant d’encre et c’est déjà pas mal. Même si le documentaire insiste sur le poids politique du journal c’est avant tout en tant que pilier de la vie des américains que le Times pèse le plus.
  3.  Pour rire avec David Carr : Ex-drogué et auteur du best seller The Night of the gun, ce chroniqueur peu conventionnel du Times n’a pas sa langue dans la poche et apporte un brin de fantaisie à ce documentaire particulièrement mal filmé. (pourquoi diable, tous les plans coupent ils le front des personnes interviewées ?)
  4.  Pour un grand moment de vérité: La sortie de l’iPad donne lieu à quelques réflexions d’une drôlerie et d’une clairvoyance assez évidentes.
  5.  Parce que le NY Times en a gros sur le cœur : Comme le reste de la presse quotidienne traditionnelle, le Times est critiqué et menacé de disparaître. En réponse, Page One transmet un message univoque : Le Times n’est pas mort et entend bien continuer à publier «  All the news that’s fit to print ». Mais le problème est bien là : face à l’apparition de nouveaux médias, ne faut il pas approfondir la question de ce qui est aujourd’hui imprimable… ? Le documentaire aborde un peu trop légèrement la question.

Poster un commentaire

Classé dans Les docu d'Epstie

Racoon in the sky

Racoon in the sky ©Marie Salomé Peyronnel

Un nouvel habitant de Brooklyn. Il ressemble étrangement à une gargouille.

3 Commentaires

Classé dans Epstie photographe, Epstie voyageur

Elizabeth Peyton, la groupie arty

 

Klara NYC April 2011 ©Elizabteh Peyton

La galerie parisienne Gagosian accueille depuis le 27 mai les dernières peintures d’Elizabeth Peyton. Cette peintre américaine née en 1965 s’est fait connaître en dessinant des stars de quelques traits de crayon ou de peinture, sur des toiles ou des papiers à lettre d’hôtels luxueux. Mais Elizabeth Peyton n’est pas n’importe quelle groupie.

Le New York Magazine affirma en 2006 qu’elle permit aux portraits d’entrer dans le XXIe siècle. Souvent comparée à l’autre peintre figuratif New Yorkais John Curris, elle opte pourtant pour le romantisme, là où il choisit l’érotisme et la pornographie. Si les portraits de Peyton puisent dans la peinture de Hockney (pour les couleurs) ou de Matisse (pour certains motifs), cette midinette de haut vol a quand même un créneau bien à elle.

Comme Warhol avant elle, Peyton adore les stars. Mais là où Warhol traite une Marilyn en simple produit de consommation, Elizabeth Peyton fait exactement l’inverse. Sous son pinceau, ses personnages deviennent des icones au sommet de leur beauté. Autant les rockers, les artistes et les jeunes princes que ses amis et ses proches (inconnus du grand public) ceux qu’elle prend comme sujet sont immédiatement transformés en poète rock ’n roll et glamour. Ils ont le charme d’un Rimbaud et le charisme de la haute société. Leurs visages sont émaciés, juvéniles et beaux. Peyton aime les corps androgynes, les teints clair et les yeux cernés.

Elle accorde une aura glorieuse à certains de ses amis et traite les superstars comme s’ils étaient ses amis. Elizabeth Peyton appelle d’ailleurs les tableaux par leur simple prénom, comme s’ils se tapaient amicalement dans le dos – ainsi John (Lennon).

Ses dernières peintures, représentent entre autre Camille Claudel, Patti Smith, l’artiste allemande Isa Genzken et certains de ses amis, à commencer par Klara qui apparaît à maintes reprises. On regrette qu’il n’y ait pas de nouveau portrait de Léo (Di Caprio). En effet, elle ne dessine personne aussi bien que cet acteur incarnant le visage contemporain du succès précoce et mérité.

Reconnue par le monde de l’art, son œuvre est très peu commentée. Peyton elle même préfère montrer ses peintures et faire écouter des chansons qui l’inspirent plutôt que disserter sur son travail. Elle a bien raison puisque ces peintures sont faites pour faire rêver.

Patti ©Elizabeth Peyton

 

Poster un commentaire

Classé dans Les expos d'Epstie

Une histoire d’amour et de ténèbres… et de bureau :

Great House ©Marie Salomé Peyronnel

Great House est le troisième roman de l’écrivain New Yorkaise Nicole Krauss. Intitulé en français « La Grande Maison » il va sortir le 5 mai prochain aux éditions de l’Olivier. Le personnage principal de ce livre a traversé le monde et les années, inspire les uns et agace les autres, il est un peu gros et pas très beau, c’est un bureau !

Notre chère intello de Brooklyn n’est pas tombée sur la tête ou devenue matérialiste pour autant. Ce bureau qui est passé de mains en mains est un prétexte pour évoquer la perte, le passé, la Shoah, la poésie, l’écriture, l’amour, la filiation et la mort. Des thèmes qui lui sont chers et qu’on retrouve souvent dans les livres auxquels je reste collée jusqu’à leur dernière page.

Quatre personnages d’âges et d’univers différents se partagent une narration volontairement décousue. Le lecteur est curieux d’assembler chaque pièce du puzzle pour y voir clair. Mais de ces éclaircies en pointillés, se dessine de plus en plus précisément un univers sombre qui confère au roman sa profondeur.

Poster un commentaire

Classé dans Epstie lecteur

Vrai pigeon et fausse voiture

Vrai pigeon et fausse voiture, New York, septembre 2010

©Marie Salomé Peyronnel

Poster un commentaire

Classé dans Epstie photographe, Epstie voyageur

Safran Foer fait dans la dentelle

Une page du livre Tree of Codes ©Marie Salomé Peyronnel

En attendant une amie à côté de Columbia, j’ai atterri dans une librairie au coin de Broadway et de la 114ème rue. J’ai eu la délicieuse impression d’être Christophe Colomb quand j’ai vu sur le présentoir, un nouveau « Nouveau Safran Foer ». Aux anges, je l’ai donc acheté malgré le sourire en coin du libraire. En sortant de la librairie, comme j’attendais toujours mon amie je me suis dis que j’allais en profiter pour commencer ma lecture au soleil. J’ai enlevé le petit film plastique qui emballait mon livre (et qui aurait dû me mettre la puce à l’oreille, aucun exemplaire n’était à feuilleter…) et là, imaginez ma surprise quand j’ai ouvert un livre constellé de trous ! J’aurais pu/dû être au courant puisque même Vogue en avait parlé ! Mais il arrive, même à Epstie, d’être en retard sur l’actualité Foerienne. Voici donc un update nécessaire.

Jonathan Safran Foer a crée Tree of Codes en découpant son texte dans la nouvelle The Street of Crocodiles de Bruno Schultz. Au premier abord on se dit que ce n’est pas un livre puisqu’il y a plus de trous que de mots. Bien au contraire ! Par cette dentelle littéraire Safran Foer cherche à faire ressortir le corps même de l’objet livre. Cet éloge à la matérialité du livre est une démarche d’autant plus audacieuse que nous sommes à l’époque de sa dématérialisation.

Si vous voulez tenter l’expérience il vous faut :

1.     43 dollars : et oui, quand même…mais bon, c’est plus un petit chef d’œuvre artistique qu’un simple bouquin.

2.     Des mains agiles pour tourner les pages : attention, l’objet est fragile et on peut perdre patience à devoir lire chaque page avec méticulosité.

3.     Un goût prononcé pour la poésie. Il y a une histoire – celle d’un père qui perd l’esprit – mais ce roman est avant tout poétique. Les premières pages sont d’ailleurs parsemées d’images et de métaphores éblouissantes.

4.     Avoir envie d’être à l’écoute de l’implicite. à chacun sa technique pour cela.

5.     Faire confiance à Safran Foer: mieux vaut se laisser porter par le texte sans chercher à comprendre ou contrôler. Ce cher Jonathan arrive quand même toujours à nous surprendre !

Poster un commentaire

Classé dans Epstie lecteur

Deux nouveaux petits habitants de Brooklyn


La fenêtre aux chats ©Marie Salomé Peyronnel

Poster un commentaire

Classé dans Epstie photographe, Epstie voyageur