Archives de Tag: photos

Robert Mapplethorpe vs. Sophia Coppola

©Robert Mapplethorpe

Avec mon amie Gus (dont je recommande le tumblr Gatsby and Gus) nous nous sommes précipitées chez Thaddaeus Ropac pour découvrir l’exposition de photos de Robert Mapplethorpe  dont le « curator » n’est autre que la délicate Sophia Coppola.

Malgré la perfection des photos et la sensibilité de Coppola Junior, j’ai  eu beaucoup de mal à déterminer si oui ou non j’ai aimé cette expo. Toute la semaine j’ai fais la girouette et ce matin j’ai décidé de m’y coller en prenant parti.

Au premier abord, une grande déception : Peut être aurait il mieux valu que je ne lise pas Just Kids si peu de temps auparavant. Cela m’aurait évité de souhaiter retrouver le Robert Mapplethorpe poétique, trash et profondément enfantin que Patti Smith décrit.  A la place, peu de photos. Une quarantaine, tout au plus. Toutes regroupées dans la salle blanche du rez-de-chaussée de la Galerie (à l’exception du fameux portrait qu’il a fait de Patti se coupant une mèche de cheveux qui nous accueille dans l’entrée)

Des noir et blancs encadrés sobrement et qui s’enchainent, presque mécaniquement. Le rythme est donné non par la force des sujets sélectionnés mais par la récurrence des thèmes et des photos d’orchidées. Le parti pris de Sophia Coppola semble être d’insister sur un aspect mode et design du travail de Mapplethorpe. Avec tristesse, toutes ces poses et ces fleurs ne m’évoquent que sa maladie et sa fin de vie. Une seule photo d’érection dans cet hommage au photographe à la libido pourtant déchainée.

Une intuition me fait cependant pencher en faveur de l’expo. Certes, la beauté glacée me laisse de marbre et me donne presque l’impression d’être dans le hall d’un hôtel de luxe, mais j’aime croire que Mapplethorpe y aurait vu non une exposition mais une installation. Une forme de sanctuaire à sa gloire.  Un petit « saint des saints  mortuaire » donc où il serait lui même allé se recueillir.

Poster un commentaire

Classé dans Les expos d'Epstie

Le visiteur du soir

Le chat noir, juillet 2011 ©Marie Salomé Peyronnel

en fin de journée j’ai souvent la visite de cette beauté féline…

Poster un commentaire

Classé dans Epstie photographe, les kiffs d'Epstie

Racoon in the sky

Racoon in the sky ©Marie Salomé Peyronnel

Un nouvel habitant de Brooklyn. Il ressemble étrangement à une gargouille.

3 Commentaires

Classé dans Epstie photographe, Epstie voyageur

A l’ombre des jeunes fleurs

Provence, printemps 2011 ©Marie Salomé Peyronnel

Poster un commentaire

Classé dans Epstie photographe, Epstie voyageur

Petit habitant de St Ouen

Un chien aux puces, St Ouen, mai 2011 ©Marie Salomé Peyronnel

Poster un commentaire

Classé dans Epstie photographe

4 raisons de découvrir Little people in the city

« Petit, petit, petit
Tout est mini dans notre vie »

Depuis 2006, l’artiste anglais Slinkachu crée une ville à échelle réduite. Il colle des petites figurines dans les rues qu’il parcourt et photographie les situations qu’il imagine. Un street art drôle et poétique. Voici le livre.

Little people in the city ©Marie Salomé Peyronnel

1. Philosophie du petit : dans de nombreuses villes on se sent tout petit, ce livre est là pour nous rappeler qu’il y a encore plus petit que nous.

2. L’aventure dans la démesure : Un chewing-gum collé au sol, un insecte menaçant ou une crotte de pigeon représentent de réels dangers pour ces mini personnages. En plus d’être un livre d’art, c’est donc aussi un livre d’aventure.

3. Mini Utopie : Nos petits amis sont courageux, solidaires, curieux, pieux … un fort joli tableau.

4. Poesy in the city : Les photos « saisissent des instants fragiles » (oui, Dutronc et Daho m’habitent ce matin…) Elles sont charmantes même lorsqu’elles représentent une femme exhibitionniste ou un homme faisant la manche.

Ils habitent désormais à nos pieds, alors ouvrez l’oeil !

à l'attaque du cornet de glace ©Marie Salomé Peyronnel

Blog de l’artiste pour suivre son travail génial: http://little-people.blogspot.com/

Poster un commentaire

Classé dans les kiffs d'Epstie

Fenêtre ouverte

Fenêtre, Avignon, avril 2011 ©Marie Salomé Peyronnel

Poster un commentaire

Classé dans Epstie photographe, Epstie voyageur